top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurAurore

Jeu de séminaire : 5 conseils pour vous assurer un succès

Dernière mise à jour : 9 mai 2022







Si vous faites partie d’un grand groupe ou même d’une plus petite structure vous avez probablement déjà participé ou organisé un séminaire marketing ou commercial. Lancement produit, partage des achievements, présentation de la stratégie à 5 ans… Tout peut être prétexte à réunir ses équipes, surtout après la période intense de distanciel que nous avons connue.


Dans ces grandes réunions, enthousiasmer les troupes peut parfois constituer un vrai challenge. A coup de présentations PowerPoint chiadées et de goodies ultra cool, les intervenants tentent à tout prix de conserver l’attention et d'éviter les ronflements sur des chaises peu confortables.


Aujourd’hui on vous parle plus particulièrement d’un des ces outils dans l’arsenal des bons orateurs : les jeux de séminaires. Issus de la formation ces “serious game” ont plusieurs objectifs :

  • dynamiser les présentations

  • réactiver la participation de l’audience

  • favoriser l’ancrage et l’adhésion aux messages.

En effet, les mécaniques de jeu et la compétition saine sont des ressorts universels sur lesquels il peut être intéressant de s'appuyer.


S' ils semblent une option simple à dégainer, les jeux de séminaire nécessitent néanmoins votre attention lors de la préparation, car c’est un peu quitte ou double : highlight du séminaire ou passage aux oubliettes (pire, fronde de votre n+1 pour ce moment gênant !)


Chez Soif. nous avons organisé plusieurs de ces jeux de séminaire, que ce soit en petit comité, en grande plénière de 160 personnes, mélangeant digital ou au contraire avec des plateaux de jeu (oldies but goodies). Dans cet article, on vous donne 5 conseils pour assurer le succès de votre jeu de séminaire.


Petite précision vous l’aurez compris il n’est pas question ici des escape game ou autre chasse au trésor, activités team building de séminaire. Mais bien des jeux en plénière permettant de dynamiser vos présentations.



1. KEEP IT SIMPLE, STUPID


Premier facteur clé de succès : la simplicité. Pour vous assurer un bon moment et un objectif atteint, assurez-vous de la facilité de compréhension de votre jeu.

Pour cela, passez en revue les ingrédients de votre jeu : stratégies de victoire, progression, protagonistes et accessoires, gain. Tout doit être compris facilement et rapidement.

Un bon moyen de savoir s'il est accessible à tous ? Expliquez votre jeu à votre nièce de 10 ans ou à votre beau-frère pharmacien. Ainsi vous aurez l’assurance qu’il est prêt à être joué. Ne surestimez pas vos participants cibles car le jour J avec l’enthousiasme, le stress ou la fatigue, il se peut qu’ils ne soient pas en pleine possession de leur moyen.


Un autre bon moyen de faire en sorte que votre jeu soit compris rapidement est de s’appuyer sur des jeux connus dont les ressorts sont familiers de tous. On peut penser par exemple au Time’s up !, Pictionnary, Bingo, Cranium, etc.


Enfin dernier avantage à penser simplicité : les coûts ! Si votre jeu demande trop de matériel ou trop de supports pour la compréhension, vous risquez d’exploser votre budget.



2. TELL A STORY


Un bon jeu est un jeu dans lequel on s’immerge rapidement. Pour atteindre cet objectif, n'hésitez pas à créer un univers autour de votre jeu. Les personnages, la progression, les énigmes, etc. Tout peut être propice à s’inscrire dans un univers unique. Puisez dans les atmosphères qui fonctionnent bien : celles liées aux enquêtes (policier, détective, médical, etc.) et celles liées aux quêtes (héros, épopée fantastique, cadre fictionnel, etc.).


Votre univers aura le rôle de fil rouge ce qui permettra une bonne immersion et donc une bonne adhésion, ainsi qu’une meilleure concentration de la part des participants.

Si vous envisagez du matériel : plateau de jeu, tablette, etc. soignez le design en lien avec cet univers.


Attention néanmoins aux références trop alambiquées ou liens trop poussifs. Votre histoire doit être fluide et cohérente, alors comme précédemment le mieux est l’ennemi du bien.



3. GO DIGITAL


Parmi les bonnes recettes des jeux de séminaire il y a un mix (bien dosé) entre vie réelle et digital. Côté vie réelle il y a des options comme cacher un indice dans la salle ou sous les tables, une épreuve qui implique d’aller prendre une photo d’un produit ou d’un élément pour le partager ensuite.

Pour ce qui est du digital vous avez l’embarras du choix : compte Instagram sur lequel il faut partager des éléments, recherche Wikipédia pour les indices, ou alors, si vous souhaitez sortir l’artillerie lourde on vous rappelle deux web App qui font le job à tous les coups :


Kahoot

Une web App de quiz interactif, hyper simple à configurer côté auteur et très facile à jouer côté participants. Petit tip : la version School est gratuite.


Klaxoon

Une autre solution qui permet simplement de travailler de manière collaborative, réfléchir en groupe et brainstormer. Une fonctionnalité questions est également disponible dans la version gratuite.


Si toutefois vous souhaitiez aller plus loin, il vous est toujours possible de développer une solution custom made avec des agences digitales. L’effet est alors des plus réussis, attention néanmoins aux coûts.



4. HAD A TWIST


Les bons “gamers” parmi vous le savent : ce qui rend les jeux addictifs, ce sont les petites perturbations que l’on attend pas et qui ajoutent du piquant !

Épreuve contre la montre, challenge pour obtenir des points bonus, carte boosters ou encore carte piège, tout est possible.


Point de vigilance : les perturbations doivent être simples, justes et transparentes. Dans le cas contraire, vous risquez de voir votre jeu challengé par la brigade des mauvais joueurs !

Vous n’avez pas forcément besoin de les annoncer au départ (qui n’aime pas les bonnes surprises ? ) mais il vous faudra bien les expliquer. Leur fonctionnement doit impliquer soit le hasard, soit la possibilité pour tous de les obtenir/éviter.



5. TEST IT TIL’ YOU KNOW IT


Enfin vous devez connaître votre jeu sur le bout des doigts. Sa mécanique, son explication, ses perturbations, son timing.

Pour cela il vous est vivement conseillé d’organiser à minima une session test de votre jeu.

Idéalement avec un public qui n’a pas eu connaissance de votre création.


Assurez-vous également que votre jeu peut fonctionner sans votre présence. Au besoin désignez des maîtres du jeu pour le jour J ou imprimez les règles pour chaque participant/équipe.


Enfin passez à la validation pédagogique, c’est-à-dire, assurez-vous que votre jeu réponde bien aux objectifs. Quels sont les éléments mémorisés ? Sont-ils bien ceux demandés par le commanditaire ? Ce jeu répond-il aux objectifs initiaux ? En cas de réponse négative ou approximative à l’une de ces questions revoyez votre copie. Le fun c’est bien mais ne perdez pas de vue votre “reason why”.



Vous voilà fin prêts. et si vous avez le moindre doute, n’hésitez pas à nous contacter chez Soif. On se fera un plaisir de vous aider partageant notre grande expérience des jeux de séminaire.


Ready ? Set ? Go !


Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page